1. Tenez-vous droit(e) et c’est (presque) gagné

S’il n’y avait qu’une seule règle essentielle à retenir en matière de langage du corps, ce serait celle-ci : redressez votre colonne vertébrale. La position de votre corps est déterminante pour votre succès. Si vous vous tenez droit(e), les épaules un arrière, la tête haute, la colonne vertébrale droite (mais pas rigide !), votre corps émet un signal de confiance, de crédibilité, d’assurance et de respect.

C’est la toute première image que vous donnez de vous. Entrez dans une pièce en vous tenant droit(e) et votre affaire est pratiquement gagnée. (Ou dans tous les cas, les prémices sont extrêmement favorables). Au contraire, entrez le dos voûté et la tête baissée et vous démarrez certainement du mauvais pied.

2. Utilisez vos mains

Pendant que vous parlez, utilisez vos mains pour accompagner votre discours. Même si cela ne fait pas partie de vos habitudes, même si vous n’êtes pas une de ces personnes qui « parlent avec leurs mains », pensez à les utiliser quand même, ce sont des parties importantes de votre corps, autant les mettre à contribution ! Vous n’êtes pas obligé de faire de grands gestes dramatiques, simplement de petits mouvements de temps en temps.

Deux raisons à cela : premièrement, les gestes « illustrent » vos propos, ils  renforcent leur crédibilité, cela a été prouvé par de dizaines d’études.

Deuxièmement, cela vous évite de faire des gestes inconscients de nervosité, comme par exemple vous frotter les mains ou encore taper des doigts sur la table. (Chose intéressante : des études ont même démontré que les enfants mémorisaient plus facilement une leçon si pendant qu’ils la lisaient ils s’accompagnaient de gestes de leurs mains. Preuve que notre cerveau est très réceptif à la gestuelle des mains.)

Prenez donc le contrôle de vos mains pendant que vous parlez et utilisez-les à votre avantage.

3. Faites toujours des gestes « ouverts » !

Si vous voulez convaincre, si vous voulez renforcer votre crédibilité et montrer que vous êtes une personne honnête, utilisez ce qu’on appelle les postures et les gestes « ouverts ».

Cela comprend : des mouvements larges des bras, dirigés vers l’extérieur et non pas vers vous, le fait de montrer l’intérieur de vos mains (vos paumes), le fait d’orienter votre corps vers la personne en face de vous (au lieu de vous tenir de biais).

Tous ces gestes montrent que vous êtes ouvert(e), que vous n’avez rien à cacher, contrairement aux gestes fermés : le fait de croiser ses bras, de cacher ses mains, de fermer les poings, de mettre ses mains dans les poches ou de se tenir à moitié tourné vers l’extérieur.

4. Surveillez vos gestes de nervosité

La plupart d’entre nous faisons un nombre plus ou moins important de gestes « mécaniques ». Nous le faisons de manière totalement inconsciente : nous nous frottons les mains, grattons la nuque, nous tirons sur le lobe de notre oreille, nous nous frottons une épaule (alors qu’elle ne gratte pas vraiment), nous faisons tourner une bague sur notre doigt, nous tambourinons avec les doigts sur la table ou nous mâchouillons le bout de notre stylo.

Bien que certains soient parfaitement anodins (car il ne faut pas non plus exagérer et attribuer au moindre petit geste une interprétation psychologique !), le fait est que ces gestes seront perçus comme une preuve de nervosité, d’angoisse, ou encore de manque d’assurance.

Pour éviter cela, le mieux c’est d’essayer de les éliminer au maximum, dans la mesure du possible. Surveillez donc tous vos gestes « mécaniques ». Moins vous en faites, et plus vous donnerez une impression de calme, de confiance, de stabilité, vous serez perçu comme quelqu’un de posé, qui maîtrise la situation.

5. Le pouvoir du regard

J’ai déjà longuement abordé ce sujet, je vous rappellerai seulement qu’il ne faut jamais négliger votre regard. Pour résumer : un regard fuyant, de côté émet un signal de doute, de manque de confiance, voire de malhonnêteté. Alors qu’un regard franc, direct communiquera à votre interlocuteur votre ouverture, votre honnêteté et une bonne dose de sympathie.

6. Le pouvoir du sourire

Voilà un détail qui n’est pas souvent abordé par les experts en langage du corps, mais qui a une importance capitale.

Des recherches ont démontré que nous percevons de manière nettement plus positive un visage souriant par rapport à un visage neutre, même à une distance équivalente à la longueur d’un terrain de foot (donc sans véritablement voir les détails du visage !).

L’effet du sourire sur le cerveau humain est immédiat, automatique et hyper puissant.

Voilà pourquoi lorsque vous souriez à quelqu’un, cette personne vous sourit en retour dans 90 % des cas. C’est puissant ! Alors cultivez votre sourire dans toutes vos interactions, y compris dans des situations qui demandent beaucoup de sérieux (comme une négociation professionnelle très tendue) parce que, utilisé à bon escient, un sourire bien adapté peut faire des miracles sur votre interlocuteur.

7. Soignez votre poignée de main

Là encore, c’est un sujet que nous avons abordé à plusieurs reprises. Il est essentiel de travailler votre poignée de main : ferme (mais pas trop, sinon ce sera perçu comme de l’agressivité), calme (ne secouez pas la main de votre interlocuteur dans tous les sens) et d’une durée adaptée (la durée idéale est estimée entre 2 et 5 secondes).

Il ne faut pas hésiter à tester sa poignée de main (avec des amis ou des proches), pour avoir des avis critiques et pouvoir s’améliorer.

 

Bien sûr, vous pouvez aller beaucoup plus loin dans l’utilisation du langage du corps. C’est une discipline fascinante, qui vous permet de faire des progrès énormes dans la vie professionnelle, sociale et même familiale.

Mais maîtrisez déjà ces 7 points essentiels et je vous assure que vous en saurez plus sur le langage du corps que la majorité des gens !