Comment capter l'attention d'un groupe

Lorsque vous prenez la parole, vous savez –la plupart du temps – si votre public vous écoute ou non. Votre mission prioritaire consiste à capter l’attention de chaque personne présente.

Regardez votre auditoire : certains affichent des regards « vides ». Les esprits sont à des kilomètres de là, leurs pensées se concentrent sur quelque chose d’autre, plus important pour eux.
D’autres s’affaissent sur leurs chaises, croisent les bras ou ferment les yeux.

Mais ce n’est pas leur faute si leur esprit vagabonde.

Quand vous prenez la parole devant un groupe, c’est VOTRE devoir de capter son attention en rendant votre discours intéressant du début à la fin. Tous les grands conférenciers le savent.

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe une petite manœuvre très simple, un « truc » que les bons orateurs connaissent bien et qui peut vous assurer presque toujours l’attention de votre public. Voici en quoi consiste cette astuce :

 

Pour capter l’attention de votre auditoire,
« chargez-le » d’un problème
ou d’une question à résoudre

 

En d’autres mots : soumettez à ceux qui vous écoutent un problème qui nécessite une solution (urgente de préférence).

C’est aussi le secret des bons écrivains ou des bons scénaristes. Regardez les romans de succès ou les émissions de télévision populaires: la première étape consiste à créer un problème que le public souhaite voir résolu.

Le reste de l’émission est consacré aux différentes manières de résoudre ce problème.

Eh bien, vous pouvez vous servir de la même technique pour attirer l’attention de votre auditoire et la garder aussi longtemps que vous en avez de besoin afin de leur livrer votre message.

Pour à peu près n’importe quel sujet, il y a un problème central à résoudre. Par exemple, si vous vendez des aspirateurs, le problème c’est de garder un environnement propre et sain dans une maison. Pour que la famille puisse s’y épanouir.

Vous pouvez rendre le problème plus dramatique en racontant par exemple l’histoire d’un enfant qui est tombé malade après s’être fait piquer par une puce. Et que cette puce vivait dans le tapis de sa chambre.

Pour mettre en application cette technique, commencez par bien examiner tous les éléments dont vous disposez. Identifiez un problème urgent que votre présentation (ou votre discours) peut résoudre. Il devrait s’agir d’un problème auquel les gens dans l’auditoire peuvent s’identifier.

Présentez-le tout de suite après les formules d’introduction : créez un scénario où le problème apparaît clairement, sous la forme d’une histoire ou d’une parabole. Ensuite, « déposez » le problème sur les genoux de l’auditoire de façon dramatique.

Vous devez en quelque sorte « partager le poids » de cette situation problématique avec eux.

La meilleure façon de rendre un problème très réel pour le public c’est de le leur offrir sous la forme d’une question.

Poser une question directement à votre public les invite à répondre même si le format de votre présentation n’est pas interactif. Vous pouvez annoncer que vous commencez par leur poser une question, mais que vous les invitez à ne pas suggérer des réponses tout de suite.

Le truc, c’est qu’ils auront tous envie de formuler une réponse.

Dès que vous avez « planté la graine » de votre question dans l’esprit de votre public, vous remarquerez un changement d’attitude de leur part. Ils vont commencer à réfléchir à des solutions possibles, ils se rappelleront leurs propres expériences liées à ce problème, etc.

Ils pourraient même tenter de vous interrompre ou de vous poser des questions si le format de la présentation le permet. C’est votre capacité à gérer une discussion interactive qui est importante dans ce cas.

Mais quoi qu’il en soit, c’est un signe que vous avez su capter l’attention du public.

Avec ce problème troublant tournoyant dans l’esprit de votre public, vous passerez ensuite à la résolution du problème avec le matériel de votre présentation. Forgez votre discours de façon à présenter la solution sans résoudre le problème tout de suite, directement. Aussi longtemps que le public aura un problème à résoudre, par lequel il se sent concerné personnellement, il va rester « collé » à vos paroles.

Pour finir, proposez la solution au problème, si possible.

Si le problème est trop vaste pour être résolu complètement, vous pouvez inciter votre public à en savoir davantage. Vous pouvez aussi créer le désir d’entreprendre une action, de prendre une initiative.

Peu importe quelle suite vous leur suggérez, l’essentiel c’est que votre message soit passé et que vous ayez réussi à influencer le comportement de votre public.

Chaque personne du groupe vous a écouté du début à la fin. C’est une grande victoire pour votre pouvoir de persuasion.

Olivier Leroy