Vous avez un entretien, une réunion ou un simple dialogue en tête-à-tête avec quelqu’un et vous voulez absolument être persuasif(ve).

Votre message doit passer à tout prix.

Eh bien, qu’il s’agisse d’un long discours ou d’une conversation plutôt brève, les règles pour être persuasif sont souvent les mêmes.

Je vous ai souvent parlé de comment structurer votre discours, comment passer d’une étape à l’autre et par quel élément débuter un discours convaincant.

Ok, mais pour finir votre discours, que faut-il faire ?

Car la fin de votre argumentaire (même si celui-ci ne dure que quelques minutes à peine) est CRUCIALE.

Voici la règle d’or :
finissez toujours par une idée forte, voire « CHOC »

Pourquoi faut-il finir sur un élément fort ? Tout simplement parce que c’est votre dernière carte à jouer ! Il vous faut absolument marquer l’esprit de la personne en face de vous.

Alors avant de vous en aller, frappez un grand coup ! Utilisez une idée choc !

Cela présente au moins 2 avantages :

1. Si votre discours a été médiocre (ça arrive même aux plus doués…), ce n’est pas catastrophique : votre interlocuteur retiendra en priorité la dernière idée que vous lui présentez. Et puisque celle-ci est la plus forte de tout votre « arsenal », c’est gagné.

2. Laisser l’idée forte pour la fin, cela veut dire implicitement que vous avez le temps de la préparer. Plus la discussion avec votre interlocuteur avance, et plus vous disposez d’indices sur la façon d’orienter votre conclusion. Petit à petit, vous préparez ainsi votre « coup final ». Et vous avez tout intérêt à le rendre magistral.

Parfois, pendant une négociation, vous avez l’impression que les choses ne tournent pas à votre avantage. Mais essayez de marquer les esprits avec une idée osée à la fin, lorsque plus personne ne s’attend à un « coup de théâtre » : vous verrez que ce sera la seule chose qu’ils retiendront de votre discours…

Un petit exemple :

Sylvain était en entretien d’embauche avec les responsables d’une grande maison de champagne. Il convoitait le poste de directeur commercial et il était parfaitement qualifié. Malheureusement, il sentait qu’il n’avait pas réussi à « enflammer » la commission.

La fin de l’entretien approchait.

Alors, écoutant son intuition, il joua sa dernière carte : il présenta une idée très avant-gardiste de publicité. Cette idée impliquait un jeu-concours très original diffusé sur les réseaux sociaux. Elle était quasi-impossible à appliquer… Mais elle fit l’effet d’un électrochoc !

L’originalité et l’audace de Sylvain plurent tellement à ses interlocuteurs, qu’il fut embauché.

Bien sûr, son idée extravagante n’a jamais vu le jour, mais peu importe. Il a su persuader ses interlocuteurs en terminant son discours par une idée forte !

Bien amicalement,

Olivier