pouvoir de l'écoute

Parmi les facteurs qui vous aident à persuader, on parle souvent de confiance en soi, de capacité à parler en public, d’une bonne hiérarchisation des arguments, etc.

Mais on ne parle pas assez de la capacité d’écoute.

Pourtant, le pouvoir de l’écoute est directement lié à votre pouvoir de persuasion.

C’est étrange comme parfois lorsque vous pensez à une personne, la première chose qui vous vient à l’esprit c’est une phrase ou une expression que cette personne prononce souvent.

En tout cas c’est ce qui m’arrive quand je pense à un de mes amis, David : je me rappelle surtout que lorsqu’il parle à quelqu’un, il a pour habitude de dire « je vous entends » ou « j’entends ce que vous dites », ou « oui, oui, j’entends bien ». Il dit cela très souvent, même quand il est en désaccord avec son interlocuteur. David est un bon exemple à suivre.

« Je vous entends« , ça montre que vous êtes à l’écoute de la personne en face de vous. Bien sûr, ça n’implique pas nécessairement que vous l’approuviez. Ca n’implique pas que vous soyez de son côté. C’est simplement que vous êtes disposé à l’entendre.

Il y a deux raisons principales
qui font de votre écoute un atout majeur pour vous :

1. C’est une marque de respect vis-à-vis de votre interlocuteur : vous établissez ainsi des bases saines pour votre discussion et pour vos rapports futurs

2. C’est valorisant pour votre interlocuteur : il ne s’agit pas de le « brosser dans le sens du poil », mais de mettre votre interlocuteur à l’aise. Écouter attentivement une personne, c’est lui donner envie de continuer la conversation avec vous, voire de se confier à vous.

Pourtant, dans la vie de tous les jours, la plupart des gens ne font que très rarement preuve d’écoute. Je ne sais pas vous, mais pour ma part, je constate que la majorité des personnes que je croise n’écoutent pas, ou pas assez, ou alors elles font plutôt semblant de vous écouter…

Pourquoi ? Qu’est-ce qui nous empêche d’écouter ?

Voici quelques obstacles à l’écoute, dont vous pouvez facilement vous débarrasser si vous y faites attention.

Ce qui nous empêche souvent d’écouter c’est :

  • Le manque d’intérêt vis-à-vis de l’autre : pourtant, si vous essayez de persuader une personne, vous devriez commencer par vous intéresser à elle. C’est le premier pas – et le plus important. Vous ne pouvez donc pas vous permettre de manquer d’intérêt vis-à-vis de cette personne.
  • L’envie de parler : on n’a pas le temps d’écouter parce qu’on a envie de parler. On trépigne d’impatience, on a hâte de pouvoir dire ce qui nous tient à cœur, de pouvoir donner notre avis sur le sujet.

Mais attention, cette impatience vous empêche de vous concentrer sur les propos de votre interlocuteur. En attendant que vous preniez la parole, essayez de focaliser votre attention sur les dires de votre interlocuteur plutôt que sur la préparation de vos propres arguments.

  • La peur d’un sentiment « d’infériorité » : certaines personnes pensent que si elles laissent les autres s’exprimer davantage, elles passeront pour des faibles, pour des personnes qui n’ont rien à dire. C’est complètement faux, bien sûr.

Avez-vous remarqué que ceux qui s’expriment bruyamment, qui ont toujours quelque chose à dire (peu importe le sujet), les « grandes gueules » comme on dit, sont en réalité loin d’être des modèles de force de caractère ?

Au contraire, si elles parlent autant, c’est souvent pour dissimuler une faiblesse, un complexe, une lacune. C’est pour se donner une image d’autorité qu’ils ne possèdent pas réellement.

Alors ne vous laissez jamais impressionner par ceux qui parlent beaucoup et surtout n’hésitez pas à écouter plus que vous ne parlez. Cela ne vous portera pas préjudice, au contraire, cela vous fera gagner plus de respect aux yeux des autres. Vous boosterez finalement votre capacité à persuader grâce à votre pouvoir de l’écoute.

 

Olivier