Comment convaincre même si vous n’avez pas confiance en vous ”Ayez confiance en vous et vous bougerez des montagnes”, tous les experts en communication le répètent sans arrêt.

Certes, si votre confiance en vous est inébranlable, vous ferez une forte impression sur les autres. Vous paraîtrez plus crédible, vous persuaderez plus facilement.

Rien de nouveau là-dedans.

Mais que se passe-t-il si vous ne disposez pas de cette précieuse ressource qui s’appelle confiance en soi ? Si pour une raison ou une autre  (parce que vous êtes un peu timide, ou un peu angoissé, parce que vous traversez une mauvaise période etc) votre confiance est en berne ?

Votre pouvoir de conviction est-il condamné ?

Eh bien non.

Si vous ne ”respirez pas la confiance”, vous pouvez néanmoins avoir de l’influence. Voici comment convaincre sans confiance en vous …

Tout d’abord, débarrassons-nous d’un préjugé. Vous imaginez peut-être que tous ceux que vous voyez briller en société autour de vous débordent de confiance à l’intérieur.

C’est faux. Au fond, ils sont peut-être aussi peu sûrs d’eux que vous. Mais ils arrivent à faire semblant !

La confiance en soi est souvent une imposture

Tous ceux qui arrivent à briller par leur confiance ne sont pas véritablement confiants.

La réalité, c’est que tout le monde souffre d’un manque de confiance plus ou moins grand. Tout le monde se pose des questions et tremble parfois d’angoisse. Tout le monde tâtonne.

C’est le cas des plus grands chefs d’entreprise, des stars de cinémas, des personnalités politiques, de votre collègue de bureau qui a toujours un avis sur tout et qui se croit un super-héro.

Ils ont tous leurs incertitudes, tout comme vous.
Mais ils font semblant. Et ca marche !

La nature ne leur a pas fait cadeau d’une super dose de ”confiance en soi”. Mais ils ont appris à la feindre. Le chef d’équipe qui s’impose devant ses collaborateurs, le professeur qui crée son personnage autoritaire, le conférencier qui s’est entrainé pendant des mois avec techniques d’expression…

Il n’y a pas tellement de différence entre eux et vous… (Une fois qu’ils quittent la pièce, eux aussi ils s’effondrent peut-être sur un canapé, démoralisés et inquiets).

Il n’y a donc aucune raison de croire que vous ne pouvez pas feindre la même confiance !

« Pour être confiant, il faut tout maîtriser »

C’est une autre fausse idée qui fait des ravages…

Personne ne maîtrise jamais rien à la perfection, et pourtant ça ne les empêche pas de se montrer parfaitement confiants.

J’ai un ami qui est organisateur de grands événements sportifs et qui arrive à vendre ses événements à des sponsors et à de grands décideurs avec un aplomb et une maîtrise des détails absolument impressionnants.

Un jour, j’avais assisté à une de ces ”démonstrations” de force et ensuite, je lui ai demandé ”Comment fais-tu pour tout maîtriser comme ca, dans les moindres détails ?”

Et il m’a répondu ”Mais mon vieux, je ne maîtrise rien du tout. Toute l’organisation, c’est mon équipe qui s’en occupe. Je n’y connais pratiquement rien. Moi, tout ce que je maîtrise, c’est mon discours face à mes sponsors et ma crédibilité.”

Je ne vous dis pas que les compétences ne sont pas importantes. Elles le sont. Mais vous n’avez pas besoin de tout connaitre pour convaincre votre interlocuteur…

Si vous avez peur, c’est que vous êtes en vie

J’ai rencontré des tas de gens qui auraient pu largement persuader les autres et s’imposer en société, mais la peur les retenait. La peur de ne pas faire face, la peur de l’opinion des autres, la peur des conséquences…

Le plus étrange, c’est qu’en réalité, la peur n’est pas votre ennemi.

Dans le niveau ”ancestral”, ”basique” de notre cerveau, là où prennent naissance les comportements de base (boire, manger ou se reproduire), la peur occupe un rôle important. Elle a été créée pour envoyer des signaux d’alarme en cas de danger imminent. La peur permet de réaliser le danger, de réagir et de courir se mettre à l’abri.

Ce comportement qui était peut-être vital pour les hommes des cavernes, n’est plus aussi vital aujourd’hui (vous conviendrez qu’on risque moins de se faire manger par un lion en pleine journée).

Mais le réflexe, lui, est resté. Nous continuons à avoir peur très souvent et – ce qui est plus grave – à écouter nos peurs alors qu’elles sont complètement absurdes.

Tenez, analysons un peu ces peurs que vous ressentez peut-être parfois :

– Peur de regarder quelqu’un dans les yeux (parce qu’il est impressionnant ? Et alors ? Il ne va pas vous manger)
– Peur de prendre la parole
– Peur du regard des autres (alors qu’ils sont déjà tellement occupés avec leurs propres angoisses…)
– Peur de ne pas y arriver (mais pourquoi imaginer de telles choses, au lieu d’agir tout simplement ?)

Une fois que vous avez pris le temps de réfléchir un instant à ces peurs, elles n’ont plus d’emprise sur vous. Je ne dis pas qu’elles disparaissent.

Mais vous les regardez autrement, vous ne les laisser plus vous empoisonner. Parce que vous savez qu’elles ne sont que des mécanismes de défense ancestraux.

Nous ne vivons plus comme nous le faisions il y a des milliers d’années.

Vous ne mourrez pas si quelqu’un vous déteste. On ne vous tuera pas si vous osez prendre la parole ou parler plus fort. Personne ne vous découpera en morceaux si vous balbutiez. Ou si vous oubliez vos idées. Et vous ne serez sûrement pas banni de la société si vous ratez une présentation.

Ok, la peur est encore là parfois. Mais vous savez maintenant qu’elle ne vous empêchera pas d’être convaincant ou de briller en société.

Et vous savez aussi que vous n’avez pas besoin d’être parfaitement confiant(e) pour être quelqu’un d’influent. (Par contre, ça aide si vous connaissez les bonnes techniques de persuasion).

Aucune raison de vous laisser impressionner par les plus confiants autour de vous.

Vous pouvez en faire au moins autant !

Enregistrer