Devenir un leaderDans chaque situation – que ce soit en famille, dans une salle de classe, dans une entreprise ou au sein d’une équipe de football – il y a presque toujours un chef de file. Quelqu’un doit assumer le premier rôle.

Mais souvent, l’idée de devenir un leader provoque un sentiment de panique et l’envie irrésistible de fuir.

Bien sûr, si vous êtes invité à prendre ce rôle, c’est bien parce que les membres de votre équipe ont vu en vous les qualités de leadership nécessaires. Il n’empêche que ce n’est pas toujours facile d’assumer cette nouvelle responsabilité.

Naturellement, la plupart des gens ressentent de la peur et même de la panique.

Mais vous pouvez surmonter cette peur. Sachez qu’il y a 7 raisons principales pour laquelle les gens ont peur d’être des leaders.  Prenez-en conscience et combattez-les, ce sera votre premier pas important.

Voici les 7 fausses raisons qui vous empêchent de devenir le leader que vous pouvez être :

1.  « Je n’aime pas l’idée de crier sur les gens »

D’accord, mais le modèle de leadership qui utilise l’intimidation et l’agressivité verbale n’est pas la seule méthode de gérer un groupe. En fait, un bon leader ne crie jamais, il a d’autres méthodes beaucoup plus efficaces.

Vous pouvez obtenir beaucoup plus en créant une ambiance de coopération sincère avec vos employés ou collaborateurs. C’est le meilleur moyen de les motiver, afin qu’ils souhaitent la réussite du groupe et qu’ils n’épargnent aucun effort.
Le fait même que vous vous dissociiez de ces patrons qui hurlent en s’adressant à leurs employés fera de vous un leader apprécie.

2.  « Je ne veux pas gâcher mon amitié avec mes collègues »

Vos collègues sont aussi vos amis ? Tant mieux.

Vos relations solides avec vos collègues constituent un bon argument pour votre réussite en tant que leader. En fait, cela peut même être la raison pour laquelle on vous demande d’être le leader.

Tout le monde a remarqué que vous étiez à l’aise avec les gens. C’est pour cela qu’ils vous ont choisi.

Vous pourrez très bien avoir une relation d’amitié avec vos employés et en même temps les voir comme votre « équipe ». Vous utiliserez la chaleur humaine et la confiance créées par votre amitié afin de rendre les membres du groupe plus productifs. Ce n’est pas une faiblesse, c’est au contraire une qualité et un avantage que vous pouvez exploiter.

3.  « Je ne suis pas certain(e) de pouvoir motiver les gens »

Si la question de votre possible leadership se pose dans votre entreprise, c’est sûrement parce que vous avez – entre autres – une solide éthique du travail. Dans de nombreuses circonstances où vous n’êtes pourtant pas le « leader officiel », les membres de votre équipe vous sollicitent pour les conseiller ou les orienter dans leur choix.

Pourquoi vous accorde-ton cette confiance ? Eh bien parce que vous êtes crédible et que l’on a vu en vous une capacité naturelle à motiver les gens.

Alors avant de vous angoisser avec les méthodes efficaces pour motiver une équipe, pensez à ceci : Votre parcours est l’illustration de votre forte motivation personnelle pour atteindre l’excellence. Ceci motive déjà les gens qui vous entourent à suivre votre exemple.

La première chose que vous aurez donc à faire pour motiver les gens à faire de leur mieux, c’est d’être vous-même. Vous serez un exemple pour votre équipe et ils voudront naturellement être à la hauteur de vos attentes.

4.  « Ils ne me diront plus ce qui ne va pas »

Pour avoir été l’un d’entre eux avant de devenir leur manager, vous pouvez être sûr que vous comprendrez vos collaborateurs ; vous les connaissez déjà.

Une fois que vous êtes leader, il vous suffit de garder votre porte ouverte et de continuer à parler à vos collègues.

C’est cette forte dimension sociale qui avait fait de vous un collègue populaire. Cet atout vous aidera également à rester informé de ce qui se passe au sein de votre équipe quand vous êtes leur leader. C’est une mine d’or. Vous pourrez ainsi comprendre rapidement quand il y a des problèmes et les éliminer avant qu’ils ne s’aggravent.

5.  « Je ne serai pas à la hauteur »

Bien sur que si. Si vous avez été choisi parmi de nombreux candidats, c’est bien que l’on a confiance en vous. Et puis, qu’avez-vous à perdre finalement ? Dans le pire des cas, vous retrouverez votre ancienne place. Donc concentrez-vous sur votre nouvelle mission et restez positif.

Vous ne pouvez que gagner dans cette nouvelle aventure. Et puis vous n’êtes pas tout seul. Votre équipe sera près de vous pour vous aider. Ayez confiance en vous et ayez confiance dans les personnes qui vous entourent, vous n’avez aucune raison d’échouer.

6.  « Les gens ne me suivront pas, parce qu’ils connaissent mes défauts »

Dire que les gens suivent seulement quelqu’un qui est parfait est complètement faux.

Tout le monde a des défauts. En plus, les gens n’aiment pas les personnes « parfaites ». Si vous avez montré certains défauts dans le passé, cela vous rendra plus accessible aux membres de votre équipe. Et ce sera une source d’inspiration pour eux. Ils verront que malgré vos défauts, vous avez réussi.

Vos faiblesses vous rendront plus fort lorsque vous les utilisez comme moteur pour atteindre la performance. Ne laissez pas vos faiblesses vous arrêter. N’hésitez pas à appliquer ce principe dans le travail avec votre équipe, car votre côté humain, « imparfait » les rassurera.

7.  « Cette mission est peut-être trop difficile pour moi »

Il y a des avantages à devenir un leader. Vous avez souvent un plus gros chèque à la fin du mois et des défis plus intéressants à relever.

Mais il y a une autre bonne raison de devenir le patron : c’est parce que vous savez ce qui manque à votre entreprise (ou groupe) et vous aurez le pouvoir d’y remédier enfin !

Vous savez à quoi ressemble une mauvaise direction d’entreprise, ou une mauvaise gestion d’équipe, car vous l’avez vécu. Alors maintenant que l’on vous propose d’être le chef vous-même, c’est votre chance de faire les choses correctement.

Vous pensez peut-être que vous êtes le seul à avoir des difficultés à assumer une grosse responsabilité ? Même les plus grands chefs d’états ont été intimidés par leurs nouvelles fonctions. Alors, foncez. N’ayez pas peur des difficultés. Oui, ce sera certainement plus difficile que votre précédent job. Mais le jeu en vaut largement la chandelle.

Olivier

Vous aimerez aussi :