quete de reconnaissanceVous êtes-vous déjà dit « ah, aucune méthode de persuasion ne marchera avec Untel » ?

Rassurez-vous, il y a toujours un moyen. La clé, c’est de savoir adapter rapidement vos techniques de persuasion à chaque type de personnalité très rapidement, parfois en quelques secondes.

Nous allons parler aujourd’hui des personnes qui sont dans une permanente quête de reconnaissance.

Vous allez me dire que tout le monde a besoin d’être reconnu : pour son statut, pour son travail, pour le rôle qu’il joue dans la famille, pour ses qualités etc. Ceci est essentiel pour l’être humain.

C’est exact, mais chez les personnes dont nous allons parler ici, ce besoin de reconnaissance est exacerbé. Il représente le centre de leur existence. Chaque geste, chaque initiative et presque chacune de leurs paroles est dirigé vers cet objectif : la reconnaissance des autres.

Tout d’abord, il faut préciser qu’il n’y a rien de mal à cela. Rien de mal à ce que l’on adore recevoir des preuves de reconnaissance, à partir du moment où celle-ci est méritée. Pourtant, si vous rencontrez ce type de personnalité, vous serez confronté à quelques particularités que vous devrez gérer.

Ainsi, si vous avez détecté chez votre interlocuteur une forte quête de reconnaissance :

1. Mesurez vos compliments

Vous l’aurez compris, ces personnes adorent les compliments, mais ne les prenez pas pour des idiots.

Ceux et celles qui sont en quête de reconnaissance vous semblent peut-être « la cible idéale » pour votre pouvoir de persuasion, car ils sont très sensibles à tous les mots d’appréciation. Vous pouvez penser qu’il est facile de les rallier à votre opinion, en utilisant la flatterie.

Mais méfiez-vous, il n’en est pas toujours ainsi. Évitez les excès de compliments, au risque d’éveiller leur soupçons et de vous décrédibiliser complètement. Ils ont peut-être des besoins accrus de reconnaissance, mais ils sauront reconnaître l’hypocrisie.

2. Soyez toujours très concret

Constater qu’une personne est en quête de reconnaissance est une chose, mais savoir la lui accorder en est une autre.

Il ne suffit pas d’un sourire pour qu’une personne se sente reconnue et appréciée. Soyez concret, formulez des phrases qui récapitulent les exploits ou les qualités de ces personnes, faites des compliments basés sur des les éléments concrets, ou encore (si vous dirigez une équipe, par exemple ou si vous êtes le leader d’un groupe) accordez des prix symboliques. Cela marque les esprits.

3. Attention au symptôme « de l’enfant gâté »

Un autre trait de caractère des personnes avides de reconnaissance est le fait qu’elles s’efforcent presque toujours d’attirer l’attention des autres. En parlant beaucoup, par exemple, en donnant un maximum de détails sur des choses qui n’ont pas une grande importance.

Cela peut aller très loin, jusqu’à « envahir » véritablement leur entourage. La plupart du temps ces personnes ne se rendent pas compte que leur besoin d’attention est exagéré. Alors soyez tolérant.

Mais ne vous laissez pas envahir à votre tour par leurs habitudes d’enfants gâtés, ne cédez pas à leurs demandes constantes d’attention.

Si vous constatez que les limites du bon sens et l’équilibre d’un groupe sont perturbés à cause de leur comportement, retirez-vous de la discussion, ne faites pas leur jeu.

Attention, parfois ces personnes provoquent de l’agitation et font des efforts pour attirer l’attention sur eux parce qu’ils ont quelque chose sur le cœur : ils ont besoin d’exprimer quelque chose et cherchent désespérément le moyen de le faire.

Essayez donc de savoir ce que c’est, donnez-leur la possibilité de l’exprimer. Leur besoin de reconnaissance sera ainsi satisfait et ils pourront redevenir plus réceptifs à ce que vous avez à leur dire.

4. Ménagez leur sensibilité

Si une personne accorde tant d’importance à l’opinion des autres, c’est en partie du à sa sensibilité accrue. Elle peut se sentir blessée par des paroles prononcées à la légère, qui passeraient peut-être inaperçues pour d’autres personnes.

Essayez donc de mesurer vos paroles et ne soyez jamais trop virulent lorsque vous essayez de convaincre ce type de personnes. Si votre interlocuteur exprime un point de vue totalement différent, ne dites pas «  Ah, c’est faux ! Je ne suis pas du tout d’accord avec vous ».

Dites plutôt : « Je respecte votre point de vue et je comprends que vous puissiez penser ainsi. Mais laissez-moi partager avec vous mon expérience là-dessus… » etc.

Chaque petite étape que vous parcourez dans le processus de persuasion doit passer par la reconnaissance du point de vue de votre interlocuteur, de ses qualités et de son vécu. Vous devez mettre à contribution toute votre capacité d’écoute. Ce n’est qu’ainsi  qu’il se sentira apprécié en votre présence et qu’il pourra s’ouvrir à vos arguments.

 

Olivier

 

 

 

 

Vous aimerez aussi :